Article Partie 1
Photos : Warren – Texte : Maeva

 
 
 

À l’aube de l’année 2018, nous partons vers Le Conquet. C’est sans doute l’un des moments les plus riches que nous avons vécu durant notre séjour après Fécamp et Étretat. Deux jours ponctués de belles rencontres et de beaux paysages. La ville est connue pour son petit port plein de caractère, point de départ pour les îles d’Ouessant et de Molène. Carmen ne nous a pas quittés, toujours là à souffler dans les herbes et les vagues.

À cette heure-ci, le port de pêche est quasiment désert. Les seules que l’on entend chanter sont les mouettes qui tentent, tant bien que mal, de surfer dans les airs. Quelques centaines de caisses remplies de filets et de casiers s’empilent sur le quai. Les barques multicolores sont alignées à la verticale, attendant gentiment qu’on daigne bien les remettre à l’eau. Les bateaux, bien amarrés, dansent au gré de la houle.

 

 
 
 
 

Les mouettes au dessus du port du Conquet - Fous le camp

 

Port du Conquet - Fous le camp

 

Les casiers de pêche, Le Conquet - Fous le camp

 

Les casiers et les filets de pêche, Le Conquet - Fous le camp

 

Les barques du port du Conquet - Fous le camp

 

Les barques et les filets du port de pêche, Le Conquet - Fous le camp

 

Les bateaux du port, Le Conquet - Fous le camp

 
 
 

Nous remontons jusqu’à la Cale Saint-Christophe et c’est ainsi que nous faisons la rencontre de Titouan. Jeune pêcheur depuis deux ans, c’est sur le bateau de son père qu’il travaille. À l’aide de son couteau, nous le regardons détacher les filets des codages abîmés. Un peu timide et bien concentré, nous lui demandons seulement de faire un portrait de lui, qu’il acquiesce avec gentillesse.

 
 
 
 

Le port, Le Conquet - Fous le camp

 

Titouan, pêcheur au port du Conquet - Fous le camp

 

Portrait de Titouan, pêcheur au Conquet - Fous le camp

 

Titouan, pêcheur au Conquet coupe les filets des cordages - Fous le camp

 

Les cordages et filets de Titouan, pêcheur au Conquet - Fous le camp

 

Portrait de Titouan, Le Conquet - Fous le camp

 
 
 

Le vent se lève et la pluie commence à tomber, nous reprenons la direction de la voiture pour nous mettre à l’abri. Nous décidons finalement d’aller faire quelques photos sur la digue Sainte-Barbe avant de repartir. C’est alors, qu’au loin, un homme nous fait de grands signes de bras. Interloqués, nous nous avançons vers lui pour finalement comprendre qu’il nous avait confondus avec d’autres personnes.

 
 
 

La digue Sainte-Barbe, Le Conquet - Fous le camp

 

La digue Sainte-Barbe, port du Conquet - Fous le camp

 
Portrait de Fanch, président du club subaquatique Atlantide, Le Conquet - Fous le camp
 
 
 
 

Fanch, salopette jaune, barbe de quelques semaines et bonnet vissé sur la tête, nous fait rire avec son style. On lui propose quelques portraits et c’est avec sympathie qu’il approuve, lui aussi, de se prêter au jeu. Il nous invite autour d’un café au club de plongée qu’il tient avec son ami Pierre. Bavards, ils nous racontent l’histoire du club et de la communauté qui s’y est construite. On finit par se promettre de se revoir et de faire de nouvelles photos, cette fois en été.

 
 
 

Un café avec Fanch au club subaquatique Atlantide, Le Conquet - Fous le camp

 
 
 

La pluie s’est arrêtée et, une fois encore, nous sommes trempés. Finalement, la pluie en Bretagne, un mythe ? Foutaises ! Sur le chemin de la voiture, nous finissons par rencontrer Pierre, pêcheur à la retraite qui attend sagement quelqu’un. Apparemment le prénom « Pierre », les salopettes et les bérets sont à la mode ici, on adore ! Jamais deux sans trois, on lui demande aussi quelques photos et c’est un peu pressé qu’il accepte. Avant de partir, il nous donne son adresse pour que nous lui envoyons les photos à notre retour.

 
 
 
 

Portrait de Pierre, pêcheur à la retraite, Le Conquet - Fous le camp

 
 
 

Nous terminons notre promenade par faire le tour de la Pointe de Kermorvan. Très vite nous découvrons l’îlette et son fort qui date du XIXe siècle. Il est accessible uniquement à marée basse, pas de chance pour nous ! La côte est parsemée de blockhaus bâtit lors de la Seconde guerre mondiale dans lesquels la nature a désormais repris ses droits.

 

 
 
 
 

Le port du Conquet depuis la Pointe de Kermorvan - Fous le camp

 

Balade sur la Pointe de Kermorvan - Fous le camp

 

L'Îlette et le fort de la Pointe de Kermorvan - Fous le camp

 

La côte de la Pointe de Kermorvan, Le Conquet - Fous le camp

 

Le fort de la Pointe de Kermorvan, Le Conquet - Fous le camp

 

La côte de la Pointe de Kermorvan, Le Conquet - Fous le camp

 
 
 

Faire le tour de la pointe n’est pas long mais suffisant pour réfléchir à nos bonnes résolutions. Comme a dit Saint-Augustin « Se vider de tout ce dont on est plein, se remplir de tout ce dont on est vide. », c’est l’effet que nous fait cette balade. Pour 2018 il n’y aura pas de résolutions, fini les fausses promesses faites à soi-même. Tout vient au bon moment quand on en a envie. Ce qui marche pour nous, c’est surtout de s’écouter et d’aller à son rythme.

 
 
 
 

Les paysages de la Pointe de Kermorvan, Le Conquet - Fous le camp

 
 
 

En continuant de marcher, le phare de Kermorvan apparaît et ainsi, la boucle est alors bouclée. La boucle de l’île, mais également de l’année, puisque la première photo de Maeva en 2017 était celle du phare de Biarritz. Un symbole de l’année qui s’écoule et le même, pour celle qui commence.

 
 
 
 

Le phrase de Kermorvan, Le Conquet - Fous le camp

 

L'horizon et l'océan depuis la Pointe de Kermorvan - Fous le camp

 

Le paysage et la flore de la Pointe de Kermorvan - Fous le camp

 

Le phrase de Kermorvan - Fous le camp

 

Le Conquet depuis la Pointe de Kermorvan - Fous le camp

COMMENTAIRES
Lera

On attend avec impatience d’autres récits. Vos photos sont magnifiques…

Fous le camp

Merci beaucoup ! On revient bientôt !

benoit f

Bravo Mavéa et Warren, cette page est très agréable à lire, à voir et à écouter. (J’aime beaucoup les tonalités de vos images). A bientôt

Fous le camp

Merci beaucoup Benoit !

erwann

Superbe article, j’adore tout, les photos, les textes, et avec le son en plus on est transporté directement avec vous au Conquet.
Merci pour la balade. Vous êtes fort tous les deux a très vite avec la Norvège j’espère?
Erwann

Fous le camp

Merci beaucoup Erwann ! On partagera notre voyage dans nos stories Instagram 😉

Virginie

Salut p’tit frangin, vous nous avez encore fait voyager. Merci pour cette petite balade en Bretagne. Bretagne que j’adore.

Fous le camp

Coucou toi. Oui c’est le but. Et content que cela fonctionne. Nous aussi on l’adore cette Bretagne 😍😘

Pierre-Alban

Toujours un régal de découvrir la suite. Et oui quelle sacrée idée ces sons. J’ADORE. Et comme je connais ces lieux, j’ai même l’odeur iodée qui remonte. Bravo

Fous le camp

Merci beaucoup ! Ça nous fait encore plus plaisir quand des gens qui connaissent les lieux nous font de tels retours. C’est qu’on a réussi à bien s’imprégner du lieu et à le retranscrire 🙂

Jess

Super article , comme à votre habitude.
Les textes transportent , les images
emmerveilent. Et les sons … je vais le redire mais quelle putain de bonne idée ces sons !!! Ils rendent l’immersion encore plus réelle !
Un gros bravo à vous deux ! 🙂

Fous le camp

Haha merci beaucoup Jess ! C’est super gentil !